• Banque Populaire XI remporte le Défi Azimut Ultim
  • Un très bon test pour tous les concurrents avant la Transat Jacques Vabre
  • Des évolutions techniques prometteuses

Quelle arrivée ! 13 minutes seulement ont séparé ce matin le vainqueur Banque Populaire XI et son dauphin Sodebo Ultim 3 (Thomas Coville et Thomas Rouxel). Au terme de près de 400 milles d'une âpre lutte dans des conditions orageuses qui ont accentué les effets de yo-yo entre les bateaux très rapides que sont les Ultims, Armel Le Cléac'h et Kevin Escoffier signent leur première victoire en binôme. Troisièmes, Yves Le Blevec et Anthony Marchand sont arrivés à peine une heure après les vainqueurs.

« Je suis très heureux que cette course ait pu avoir lieu car il a été un peu complexe de réunir tous les éléments pour la faire exister aussi rapidement. Je remercie vraiment l'organisation pour cela. Maintenant, pour revenir à la course, c'était un super parcours avec du vent variable et beaucoup de manœuvres, ce qui est assez épuisant en double. C'était un très bon test pour Kévin (Escoffier) et moi, notre première course en binôme et notre première victoire ! C'était un très bon test pour le bateau également pour le bateau après notre chantier d'été. Nous n'avons pas eu de soucis particuliers », commentait Armel Le Cléac'h qui a œuvré activement à l'organisation de cette édition qui devrait en appeler de nouvelles.

Des modifications déjà très efficaces

Même satisfaction pour Thomas Coville (Sodebo Ultim 3), deuxième avec Thomas Rouxel à un peu moins de 13 minutes des vainqueurs. « C'était une course vraiment physique, avec beaucoup de manœuvres, ce qui est épuisant sur des bateaux aussi grands, surtout à deux. Nous avons eu un départ un peu perturbé à cause d'un objet flottant qui s'est enroulé autour d'un de nos foils et que nous avons mis un peu de temps à enlever. Je pense que cela a joué un peu sur le déroulement ensuite de la régate car cela a créé un décalage qui a permis aux leaders de s'échapper. Nous avons réussi plusieurs fois à remonter, notamment grâce à une très bonne vitesse pure, ce qui est vraiment satisfaisant considérant que nous essayons tout juste de nouveaux safrans relevables. Cela représente une grosse évolution du bateau », expliquait le skipper de Sodebo Ultim 3, très heureux de la polyvalence de son maxi-trimaran.

Une superbe répétition avant la Transat Jacques Vabre

Troisième aux côtés d'Yves Le Blevec (Actual Ultim 3) à un peu plus d'une heure des leaders, Anthony Marchand ne cachait pas non plus sa satisfaction de rendre une belle copie : « C'était un parcours super technique avec plein de manœuvres. C'est exactement ce qu'il nous fallait pour continuer à découvrir notre bateau. C'était très instructif. Les conditions légères du début de course ont avantagé les nouveaux bateaux qui volent plus tôt que nous. C'était beau et frustrant à voir (rires) ! Je retiendrais de cette course que nous avons réussi toutes nos manœuvres, peut-être raté quelques coups tactiques en cherchant à attaquer mais c'était vraiment top ! ». Deuxièmes au moment de son avarie de flexible hydraulique de foil tribord, François Gabart et Tom Laperche (SVR – Lazartigue) ont malheureusement dû abandonner à mi-parcours entre Groix et les Sables-d'Olonne. Le mot de la fin revenait à Jean-Marie Corteville, pdg d'Azimut. « Je suis très heureux et fier d'avoir accueilli les IMOCA la semaine dernière pour le Défi Azimut – Lorient Agglomération. Je suis aujourd'hui satisfait de démarrer une nouvelle histoire avec la classe Ultim ».